Cat Ba – Pains de sucres, Round #2

Au moment de charger nos sacs, nous nous appercevons qu’une soudure du porte-bagages a cédée : impossible d’attacher nos deux paquetages sans abîmer les suspensions. Nous nous rendons donc dans un garage pour une réparation rapide et économique : 30 000 dongs, soit 1,2€.

C’est parti pour un peu plus de 150 kilomètres dans le froid, mais au sec ! Nous empruntons les plus grosses routes que nous ayons vu en Asie : des quatre voies dont certaines sont réservées aux deux roues. Nous passons même ce qui nous semble être un péage d’autoroute, sans que l’on nous demande de payer l’accès. Nous arrivons au port de Haiphong un peu avant 13 heures, juste avant que le ferry ne parte.

L’équipage charge rapidement la moto et nous larguons les amarres cinq minutes plus tard. Sur l’eau comme sur la route, la loi du plus fort est en vigueur : peut importe la règle de priorité navale, c’est le plus gros qui passe en premier ! Nous voguons à toute vitesse entre les barges et les paquebots pour rejoindre la mer. Une heure plus tard, nous arrivons au port de Cat Ba, petite île au milieu de la baie d’Halong. Alors que nous descendons du bateau, nous remarquons un petit problème : impossible de décharger la moto, située à l’arrière du bateau, car le quai est environ 1,5 mètre plus haut que le pont du ferry. Il faudra cinq membres d’équipage pour la soulever et lui faire passer l’obstacle !

Sunrise n’a pas le temps de se remettre de ses émotions que nous l’enfourchons pour nous balader sur l’île et repérer des auberges. Difficile de trouver une guest house en dehors de la ville qui soit dans nos prix, le moindre petit bungalow coûte au minimum $20 ! Nous nous rabattons donc sur un petit hôtel en centre ville à 150 000 dongs la nuit, soit 6 euros environ. Petit bonus, l’établissement propose de la bière pression à 5 000 dongs, avec une offerte pour une achetée en happy hour : de belles cuites économies en perspective ! Nous en profitons donc avant d’aller nous renseigner sur les différents tours en bateau dans la baie de Lan Ha, la petite sœur de la baie d’Halong, un peu moins connue mais toute aussi belle. Après un tour des principales agences, nous choisissons finalement celui de notre auberge, moins cher et plus authentique.

Nous allons ensuite boire quelques cocktails sur la terrasse du Mona, en écoutant Aux Champs-Elysées de Joe Dassin, chanté par un Australien, visiblement plus doué à la guitare qu’en français. Nous y rencontrons Alban et Pierre, deux Français à la recherche d’une Honda Win 100. Ça tombe bien, on en vend une !

Le lendemain, départ à 8 heures en mini van pour rejoindre le port. Le bateau largue les amarres à 8h30 en direction de l’île aux singes, à quelques encablures de Cat Ba. Au programme de la journée : trek dans la jungle, kayak à travers des grottes et … Baignade ! Nous avons vraiment du mal à imaginer tremper le moindre orteil alors que la polaire ne parvient pas à nous réchauffer !

Nous débarquons sur l’île aux singes sur un ensemble branlant de planches, aidés d’une longue barre en métal en guise de rambarde.

Nous attaquons le trek en direction du sommet de l’île et escaladons littéralement les derniers 50 mètres, grimpant dans les fissures karstiques.

Nous arrivons au pic, un rocher minuscule sur lequel nous nous serrons avec trois autres grimpeurs. D’ici, nous profitons d’une vue à 360° sur les îles voisines, malgré le brouillard lointain.

Nous apprécions le panorama pendant quinze minutes avant de redescendre sur la plage où les singes jouent, mangent et se disputent, pour le plus grand bonheur des touristes – nous compris – les observant.

Un des nombreux singes de l’île

Nous repartons ensuite pour une heure de navigation, admirant la succession infinie de pains de sucre, tous plus verts les uns que les autres. Nous profitons de ce moment unique sans parler, trop absorbés par la beauté du paysage.

Après plus de pains de sucre que Gargantua ne pourrait manger, nous arrivons dans un village flottant où nous montons dans un Kayak pour une heure de balade.

Tous seuls au milieu des pains de sucre

Nous passons à travers une première grotte et arrivons dans un grand lagon isolé de la mer par les montagnes, que nous longeons jusqu’à la prochaine grotte. Nommée Grotte sombre, cette cavité en angle droit cache toute lumière du soleil, donnant l’impression qu’il n’y a pas de sortie. En nous y enfonçant un peu plus, nous appercevons la lumière et débouchons sur une cuvette de moins de 100 mètres de diamètre !

Au fond, la « dark cave »

On se croirait dans La Plage, la plage en moins. Nous profitons un peu de l’endroit en attendant le reste du groupe et repartons en direction du bateau.

À notre retour au village flottant, les pêcheurs nourrissent les poissons gardés en captivité. Nous voyons par exemple un immense mérou de plus d’un mètre cinquante et des petits requins, pourtant supposés éteints dans cette région.

Après le repas des poissons, c’est à notre tour de nous restaurer : nous mangeons sur le bateau en tablée de six, partageant un festin local composé de riz, choux, poisson, œuf et nem. C’est un vrai régal, en plus d’être convivial ! Nous repartons pour une heure de navigation afin de trouver un endroit où se baigner.

Le capitaine nous arrête dans une petite crique protégée du courant et du vent, dans laquelle se trouve une toute petite plage de sable fin.

Une plage comme on n’en avait encore jamais vu …

Malgré la température extérieure, nous sommes cinq à plonger depuis le toit du bateau – au moins trois mètres – et à rejoindre la plage. L’eau est bonne, alors nous restons dans l’eau plutôt que d’avoir froid sur la plage. Retour sur le bateau après une demie-heure de baignade, enfilage des polaires et nous voilà repartis en mer, direction Cat Ba. Nous sommes de retour avant 17 heures et lorsque nous rentrons à l’auberge, on nous apprend que l’on a droit à deux bières gratuites, que nous acceptons avec plaisir après une bonne douche chaude. Nos bières terminées, l’hôtel nous en offre deux autres, que nous buvons rapidement avant d’aller profiter du concert au Mona. Nous passons une bonne partie de la soirée à discuter avec Alban et Pierre, leur donnant quelques tuyaux sur le Laos et le Cambodge.

Le lendemain, nous profitons d’une grasse matinée avant de nous rendre chez le garagiste pour quelques réparations. Il fixe le porte bagages, rattache le cache du filtre à air, huile l’embrayage et fait la dernière vidange.

Réparation astucieuse avec un serre flex

Le mécanicien nous offre le thé et prend le temps de discuter avec nous, étonné que nous ayons parcouru autant de kilomètres à deux sur ce qu’il appelle une « merde chinoise ». Une fois Sunrise prête pour l’aventure, nous nous offrons une dernière balade à dos de Honda Win, nous faisons le tour de l’île, en profitant pour nous renseigner sur les tarifs du ferry local, qui se révèle beaucoup moins cher que le ferry emprunté il y a quelques jours : 2€ au lieu de 20 ! Au retour, nous passons par la côte, admirant les pains de sucre depuis la rive et appréciant chaque courbe comme si c’était la dernière.

La mangrove de Cat Ba

Ce soir, nous revoyons Alban et Pierre pour qu’ils essaient la moto. J’espère secrètement qu’ils ne l’achèteront pas sur l’île mais plutôt à Hanoï, ce qui nous laisserait un dernier long trajet pour en profiter.

Avant de les retrouver, nous buvons une bière à Woodstock pendant que le soleil tombe derrière l’épaisse couche de nuages.

Woodstock, le rendez-vous des hippies au Vietnam

Nous allons ensuite essayer un petit restaurant assez drôle dans son genre : dans une ruelle d’un mètre de large sont disposées de petites tables, la cuisine se fait au feu de bois à même la rue. Ici, c’est plat unique, une espèce d’omelette aux pousses de soja et à la viande hachée, que l’on roule soi-même dans une feuille de riz avec quelques herbes aromatiques. Accompagnés d’une sauce aigre douce, ces omelettes se mangent exactement comme des nems. C’est tellement bon que nous regrettons de ne pas l’avoir essayé plus tôt, et réfléchissons même à l’éventualité de rester un jour de plus à Cat Ba pour cette unique raison.

Notre repas terminé, nous rejoignons Alban et Pierre à notre auberge où nous buvons une bière avant de leur faire essayer la moto. Pour Alban, c’est le coup de foudre ! Il nous promet donc de l’acheter à Hanoï le lendemain soir. Nous nous séparons vers 21h30 et allons nous coucher car demain, nous partons tôt !

7 Replies to “Cat Ba – Pains de sucres, Round #2”

  1. le conte de fée continue….

    1. Oui, de mieux en mieux !

  2. Si je comprend vous vous séparez de la moto ?
    Plage intime …..
    Bravo Rebecca pour la descente du bateau sur cet étroit ponton instable !!!!

    1. Merci Zaza !
      Effectivement, nous avons vendu la moto à Hanoï avant de partir pour les Philippines il y a une semaine.

  3. Venons de recevoir la carte. Merci beaucoup. Énorme bisous à vous deux.

    1. Super, nous pensons à vous. À bientôt !

  4. Cipro Or Amoxicillin Bladder Infection Buy Dovobet Nizagara Cheapest comprar viagra Cialis Ereccion Firme

Laisser un commentaire