Nong Khiaw – Escale au bord de la Nam Ou

Nous partons juste après la cérémonie de l’aumône, incertains du temps de route nous attendant. Il fait très froid, malgré les nombreuses couches que nous portons : deux t-shirts, une polaire, un pull et un manteau. Nous roulons donc moins vite que la normale pour gagner quelques degrés mais nous sommes obligés de faire des pauses régulièrement pour nous réchauffer. La route n’est pas très bonne mais nous avons connu pire et surtout, ça ne grimpe pas autant que notre précédent trajet !

La vue depuis la moto

Nous arrivons frigorifiés à Nong Khiaw en moins de trois heures et cherchons une auberge. Nous en trouvons une qui n’est pas sans rappeler Don Det : un bungalow au bord de la rivière, avec hamac et chaise longue. Nous négocions la chambre à 90 000 Kips – 9 Euros – et posons nos affaires avant d’aller boire un thé à la citronnelle, bien nécessaire pour nous réchauffer ! Nous continuons sur une douche bien chaude, avant de nous blottir sous la couette. Une demie-heure plus tard, nous sommes à nouveau prêts à affronter le froid polaire – 15°C – et allons faire le tour de Nong Khiaw, paisible petit village de montagne vivant au gré de la rivière Nam Ou. Nous repérons un restaurant indien pour le soir et allons nous renseigner pour le trajet Nong Khiaw – Muang Khua en bateau, qui se révèle trop cher pour nous : nous ferons ce trajet à moto dans quelques jours ! Nous prévoyons alors de faire du Kayak si le temps s’améliore dans les prochains jours. Nous rentrons à l’auberge profiter du coucher de soleil depuis notre terrasse avant d’aller manger Indien pour la première fois depuis notre arrivée en Asie. Cela nous change du riz sauté et des nouilles !

Coucher de soleil, soir 1

Nous allons ensuite boire un verre au bar branché du coin, le Q bar, avant d’aller nous coucher, heureux de poser nos bagages pour quelques jours dans un lieu aussi paisible.

Le lendemain matin, nous profitons d’une vraie grasse matinée, n’ayant pas de coqs pour nous réveiller. Pas grand chose de prévu pour cette journée : repos dans le hamac, découverte du village et visite d’une grotte à quelques kilomètres à l’est. Nous partons donc nous balader après un petit déjeuner copieux, alors que le soleil perce timidement à travers les nuages, réchauffant l’atmosphère de quelques degrés. Nous nous rendons ensuite à la grotte Pha Kuang, la plus intéressante de la région par son agencement mais aussi par son histoire. Cette cavité, en hauteur dans les montagnes, arbore une entrée gigantesque d’une trentaine de mètres, par laquelle nous avons vue sur la vallée.

Belle porte d’entrée !

Par la suite, il s’agit de petits couloirs inégaux, forçant parfois à ramper dans la boue. Le passage le plus étroit fait à peine trente centimètres de haut sur quarante de large.

Un passage « haut » du réseau

Rébecca n’ayant pas envie de rencontrer de nouveaux arachnides, me laisse explorer seul ces boyaux. Je m’aventure alors dans ce lieu où les Laotiens se cachaient lors des bombardements américains, calfeutrant la sortie avec des couvertures pour empêcher les gazs toxiques de passer. Au bout du réseau, une grande salle où trônent les restes de rations militaires consommées par les réfugiés. Je ressors des galeries une demie heure plus tard, couvert de boue et dégoulinant de sueur. Nous rentrons alors à l’auberge pour profiter du coucher de soleil depuis la terrasse avant d’essayer le deuxième restaurant indien du village.

Coucher de soleil, soir 2

Lendemain matin, lever à 8h30. Nous avons dans l’idée de louer un Kayak pour remonter la Nam Ou et allons donc nous renseigner auprès de l’auberge Sabaï Sabaï, qui nous propose alors une alternative : remonter la rivière en bateau à moteur jusqu’à Muang Noï, puis redescendre jusqu’à Nong Khiaw en Kayak. Nous nous laissons séduire par cette option et allons préparer nos affaires. À notre retour, un Laotien d’une quarantaine d’années répondant au nom de Khan, nous attend, paguaies à la main. Il ne parle que deux ou trois mots d’anglais mais l’organisateur de l’activité fait la traduction et lui donne les instructions quant au parcours du jour. Nous descendons alors au bord de la rivière, où nous découvrons avec étonnement notre embarcation : une pirogue pour trois personnes. C’est une très bonne surprise car nous nous attendions à un plus gros bateau, rempli de touristes. Le pilote nous demande d’attendre, le temps qu’il aille chercher le Kayak. Cinq minutes plus tard, nous le voyons arriver, le Canoë posé perpendiculairement sur le bateau : on ne s’y attendait pas à celle-là !

Transport à la laotienne

Nous embarquons sur le minuscule bateau et faisons un arrêt dix minutes plus tard au village du pilote pour récupérer des chapeau car le soleil est de sortie aujourd’hui.

Il est pas beau mon chapeau ?

C’est reparti, nous naviguons pendant une heure jusqu’à Muang Noï où nous faisons escale pour une heure et demie.

Retour du soleil à Nong Khiaw

Nous faisons un rapide tour de l’unique rue du village et prenons un café glacé avant de repartir. Retour sur le bateau, qui redescend la rivière avant de nous arrêter sur la rive pour embarquer sur le Kayak.

Nous nous baladons deux heures durant, nous approchant des buffles d’eau et des petites îles au milieu de la Nam Ou.

Instant baignade

Notre pilote nous suit avec le bateau à bonne distance, nous laissant profiter seuls de ce bon moment. Au loin, nous voyons Khan s’approcher de la berge et nous demandons ce qu’il fait. Quelques minutes plus tard, nous avons la réponse : il nous tend des oranges vertes, cueillies à l’instant. Nous prenons le temps de les déguster à même le Kayak alors qu’il fait de même sur sa pirogue, jetant les épluchures dans la rivière. Il en profite pour nous proposer de manger chez lui, ce qui n’était pas prévu avec l’agence. Avec son anglais approximatif, nous ne sommes pas sûrs de sa proposition : va-t-il manger pendant que nous l’attendons ou bien va-t-il nous inviter à partager son repas chez lui ? Quoi qu’il en soit, nous verrons bien !

Nous arrivons à son village, où Khan nous attend avec son fils. Il nous emmène chez lui où nous rencontrons sa femme et sa fille, préparant du riz gluant et des sortes d’épinards avec des fleurs au bout.

Nous sommes alors invités à rentrer dans la maison et à prendre place autour du plateau métallique servant de table. Nous nous asseyons sur de minuscules sièges en bois, qui rappellent les agenouilloirs que l’on trouve dans les églises.

À table !

Nous mangeons alors avec Khan du riz gluant, des œufs durs et ces pousses étranges, en trempant chaque aliment dans une purée de piment qui pourrait tuer une vache. Pendant ce festin, nous essayons de communiquer, apprenant les mots Laotiens pour chacun des aliments et donnant en retour le nom en anglais. Le repas terminé, nous repartons en direction de Nong Khiaw où nous déposons le Kayak avant de remonter au village.

Khan, notre pilote

Nous remercions chaudement Khan de son accueil et de sa gentillesse avant de rentrer à l’auberge profiter, encore une fois, du coucher de soleil.

Coucher de soleil, soir 3

Nous jouons aux cartes avant de retourner au restaurant indien, définitivement conquis par ce temporaire changement culinaire. Nous nous couchons tôt afin d’être en forme le lendemain pour l’ascension du mont Phadeng avant l’aurore.

Lever à 4h, prêts à en découdre avec cette aventure nocturne malgré nos yeux encore à moitié fermés. Nous attaquons le sentier à 4h30, espérant arriver avant 6h30 pour voir le soleil se lever au dessus des nuages. Nous grimpons à travers la jungle, à la seule lueur de nos lampes frontales. Il faut parfois enjamber des lianes, troncs d’arbres déracinés ou escalader une petite paroi : c’est l’aventure ! L’ascension est plus courte que prévue : 1h10 au lieu des 2h annoncées par nos différentes sources. Lorsque nous arrivons, nous sommes les seuls sur place, mis à part deux tentes dans lesquelles des locaux dorment encore.

Vue sur la ville en contrebas, 5h45

Je rallume le feu en bon scout que je suis afin de nous réchauffer quand, quelques minutes plus tard, le gardien du sommet sort de sa tente. Il installe alors une grille et une bouilloire pour faire du café.

Café en préparation

Nous discutons cinq minutes avant de voir un premier groupe de touristes arriver, au soleil levant.

Nous profitons du spectacle pendant de longues minutes, pendant que de nombreuses personnes arrivent au compte-gouttes ; à 7 heures, nous sommes une petite vingtaine. Je vois le gardien arriver vers moi, un verre de café à la main. J’accepte volontier le breuvage bouillant et constate avec surprise que je suis le seul à avoir le droit à cette faveur : il a dû apprécier que j’allume le feu !

Nous immortalisons le balais des nuages et alors que je tente de prendre une photo de Rébecca, un photographe colombien, John, me conseille sur la prise de vue.

Mer de nuage

Nous en profitons pour discuter longuement avec lui de son métier, de ses voyages et de ses techniques de photographie avant de redescendre. Il est 10h, nous avons passé plus de 4 heures en haut !

Nous rentrons à l’auberge pour une après-midi de détente bien méritée. Demain, direction Muang Khua, notre dernière étape au Laos avant de passer la frontière vietnamienne.

Coucher de soleil, soir 4

6 Replies to “Nong Khiaw – Escale au bord de la Nam Ou”

  1. de mieux en mieux ce voyage… j’ai bien lu -15° ? , je vois que vous êtes souvent invités , mais avez vous le réflexe de laisser une petite obole ?

    1. Il s’agit de 15°C en réalité, mais comme on s’est habitué à la chaleur, ça nous fait drôle ! Oui, effectivement on donne un peu d’argent quand la situation s’y prête, mais c’est souvent difficile. Par exemple, nous avons donné 20 000 Kips au pilote mais n’avons rien ou donner hier lorsqu’on nous a invité à manger.

  2. Superbes ces photos de lever de soleil et de mer de nuages ! Vous êtes très courageux. Quelle altitude cette ascension ?
    Quelle chance de partager des moments de vie quotidienne avec des autochtones.

    1. Comme toujours, Rébecca assure niveau photo 🙂 500 mètres de dénivelé ! C’est vrai que nous avons beaucoup de chance, plus de moments comme ça dans le prochain article : les Vietnamiens sont très accueillants !

  3. 15 degrés pour vous et moi moins 16 degrés !!!! je suis à Val .
    J’ai beaucoup apprécié la grotte et la vue sur mer de nuages .
    Belle expérience que votre kayak ;cela change de la moto .
    Avez vous vu des serpents?

    1. Comment fais tu pour tenir ?! Pas de serpent pour l’instant, mais on n’y tient pas particulièrement !

Laisser un commentaire