Vientiane – Retour à la vie citadine

Avant de rejoindre Vientiane, nous faisons étape à Paksan dans une auberge de locaux. La propriétaire, issue d’un milieu aisé, parle anglais et français. Nous allons boire un verre à quelques centaines de mètres et découvrons avec surprise que l’endroit sert des « hot pots », à savoir un bouillon dans un bol en terre-cuite, servi sur un feu. Nous y rajoutons la viande et les légumes désirés et piochons au hasard avec les baguettes. Nous goûtons le bœuf et le poisson du Mékong, au goût très parfumé !

Le lendemain matin, la propriétaire nous alpague au moment de partir et commence à discuter de choses et d’autres. Elle finit par nous donner des « star fruits » et des bananes, que nous cueillons dans son jardin en grimpant sur échelle branlante. Nous attachons le sachet à la moto pour les déguster plus tard. À notre arrivée à Vientiane, plus de sac plastique : il a dû tomber malgré les 3 noeuds qui le maintenaient fermement en place !

Nous prenons possession de notre chambre avec lits superposés au sein du tout petit immeuble qui nous sert d’auberge. Revenir en ville ne nous plaît pas vraiment : plus de ligne d’horizon, juste la vue sur les immeubles d’en face. Nous allons faire un tour pour manger et repérer un restaurant pour ce soir, car on est tout de même le 24 décembre : nous voulons notre repas de Noël !

On sent rapidement le côté « capitale » de la capitale du Laos : échoppes design, marques soignées et petites terrasses propres. La ville nous donne une impression plus civilisée que Phnom Penh : moins chaotique et beaucoup plus entretenue.

Nous nous arrêtons dans un petit café où nous apprécions des sandwichs dans de vraies baguettes ! Certes, c’est un peu plus cher qu’un repas habituel mais nous en sommes ravis.

Nous repérons un bar restaurant, Kop Tchai Deu, formant un ensemble désorganisé de terrasses, reliées à une ancienne bâtisse coloniale par de petites passerelles métalliques. Nous décidons d’y passer le soir même pour un cocktail de Noël.

Après un retour à l’auberge pour écrire et faire de plus amples recherches sur Vientiane, nous partons en direction du marché de nuit. Sur ce marché, pas d’alimentation. Nous déambulons entre stands de marques contrefaites, de maquillages douteux et d’amulettes porte-bonheur. À part quelques échoppes touristiques, il n’y a que des produits destinés aux Laotiens. Nous sommes d’ailleurs les seuls touristes présents parmi la foule de jeunes citadins. Les T-shirts de Rébecca étant irrécupérables à cause de nos trajets à moto, nous en cherchons de nouveaux parmi les étals. La mission n’est pas simple : trouver un haut uni est déjà compliqué, mais lorsqu’il s’agit d’en trouver un qui aille à Rébecca, c’est mission impossible ! Les jeunes femmes sont toutes petites et maigres, il n’y a donc rien au dessus du 34 …

Nous repartons bredouille de notre balade et allons boire notre premier cocktail asiatique au bar repéré plus tôt. Un White russian et une Pina colada plus tard, nous allons manger à The State Of Pasta, un restaurant Italiano-Laotien. Tenu par deux frères suisses, l’établissement propose des pâtes faites maison, avec des sauces aux saveurs asiatiques. Nous y mangeons des pâtes au Laap et des pâtes au saucisses de Luang Prabang : un régal ! Depuis que nous sommes arrivés en Asie, c’est la première fois que nous sommes autant surpris par le mélange de saveurs. Notre repas terminé, nous reprenons quelques cocktails à Kop Tchai Deu, avant de nous coucher, l’estomac ravi de ces délicieuses découvertes.

Le lendemain matin, nous partons en quête de nouveaux T-shirts pour Rébecca. Échaudés par l’expérience de la veille, nous nous rendons directement au centre commercial de Vientiane, à savoir le plus grand du Laos. Nous faisons tous les magasins, sans succès. Même l’équivalent local des galeries Lafayette n’a rien à proposer qui ne soit à la bonne taille. Nous finissons par trouver Uniqlo, appelé Miniso au Laos. Le magasin est très différent de celui qu’on connait en France : deux mètres linéaires seulement sont consacrés à l’habillement. Le reste du magasin est un mélange d’électronique, de maquillage et de papeterie. Dans un même rayon, des voitures radiocommandées cohabitent avec des jus de fruits. Rébecca achète 3 T-shirts, ravie d’avoir à nouveau quelque chose de propre à se mettre.

Nos emplettes terminées, nous passons quelques heures à la Scandivian bakery où nous écrivons dans nos journaux respectifs. En fin de journée, nous craquons et retournons au restaurant de la veille pour une nouvelle expérience culinaire : les lasagnes au Laap.

Le lendemain, départ prévu pour Vang Vieng, village connu pour ses fêtes déchaînées et son activité « Tubing » consistant à descendre le Nam Ou sur des chambres à air, s’arrêtant ici et là pour boire un coup. Si ce type d’activités ne nous tente pas trop, nous sommes davantage attirés par les alentours, réputés pour les nombreuses grottes et points de vue exceptionnels du haut des montagnes.

13 Replies to “Vientiane – Retour à la vie citadine”

  1. Finalement assez costaud la Sunrise…..
    Bonne année à vous deux

    1. Elle tient le coup ! Bonne année à vous aussi 🙂

  2. sourires radieux …tout baigne…bisous

  3. Plus calme et moins aventureuse cette étape citadine !!
    Vos sourires radieux me réjouissent !
    Bsx 😚😚

    1. Effectivement il y avait beaucoup moins de choses à visiter …

  4. bonne année a vous deux…. On a toujours beaucoup de plaisir a vous suivre.
    on vous embrasse bien fort

    1. Bonne année à tous les deux ! J’espère que tout va pour le mieux à St Malo

  5. Bonne année à vous 2. Gros bisous.

    1. Bonne année à toute la famille ! A bientôt

  6. White russian, ça vous rappelle des souvenirs 😂
    Belle année à vous deux !
    Envoyez nous des photos des T-shirt 😉

    1. Bonne année à vous 4, à bientôt !

  7. Trop bien de vous lire… merci 😘

Laisser un commentaire