Siem Reap – A la recherche des temples (pas tant) perdus d’Angkor

Ce matin, réveil à 5h. Nous voulons être sur les lieux au plus tôt pour profiter du lever de soleil sur Angkor Wat, le plus grand et le plus connu des temples de la région. Nous sommes sur place à 6h, il fait encore nuit. Contrairement à nos attentes, il n’y a pas tant de monde que ça au rendez-vous. Nous profitons du calme et du spectacle grandiose qui s’offrent à nous.

Quelques photos plus tard – 57 pour être exact – nous partons en direction du Bayon, un autre temple majeur d’Angkor Thom, ancienne ville de 100 000 habitants. Au passage, nous nous arrêtons pour admirer une dernière fois lever de soleil et grimper tout en haut du Pre Rup.

6h30 : fin du lever de soleil
A l’assaut du Pre Rup
7h : personne à l’horizon

Il n’y a pas encore grand monde, nous devons même attendre quelques minutes pour l’ouverture du temple au public. Un petit tour dans le Bayon nous fait vite comprendre pourquoi il est si réputé : composé de 37 gigantesques visages à quatre faces réparties autour d’un temple central, l’édifice est impressionnant. Et ce n’est que le début …

Entrée dans le temple du Bayon

Nous commençons à visiter les autres incontournables de l’ancienne ville Khmer : la terrasse des éléphants, le palais royal et le baphuon, temple aux escaliers incroyablement verticaux.

D’en haut, une vue sublime sur les constructions environnantes, perçant à travers la dense canopée des arbres gigantesques caractéristiques de la jungle cambodgienne.

Nous quittons le Baphuon par la promenade surélevée que nous avions apperçu du haut de ce temple monumental. Direction Banteay Srey, le seul temple faisant concurrence à Angkor Wat au niveau des détails sculptés sur les colonnes et chapiteaux. Situé à 25 km au nord, il nous faut environ une heure pour le rejoindre. Nous passons par des chemins de sable à travers la jungle, la moto glisse sur le sol meuble, je m’amuse comme un petit fou. La végétation est tellement dense qu’il faut faire autant attention aux branches menaçant de nous couper la gorge, qu’au terrain inégal, peuplé de nids de poules, rochers et flaques d’eau

Nous arrivons au temple et comprenons que maps.me nous a fait emprunter un chemin de traverse : on nous dit de chercher le parking, d’où affluent les groupes de chinois. Nous nous garons sur le parking des locaux, où un policier me dit : « You came the wrong way ». Pas très étonné, je lui réponds « Really ? » en jouant l’idiot. Un autre policier arrive, appelé à la rescousse pour vérifier que nous avons bien notre ticket, et que nous ne sommes pas des pirates souhaitant visiter les temples gratuitement. Il vérifie nos sésames avec l’amabilité propre à la police locale, et après quelques explications sur la raison de notre arrivée par un chemin dérobé, il accepte que je laisse la moto à cet endroit où aucun touriste n’est normalement accepté.

Nous faisons un tour dans le temple, à l’architecture très différente de ce que nous avons vu auparavant. Entrée par l’ouest à travers une longue série de colonnes, puis arrivée dans le corps du temple, où nous découvrons la bibliothèque ainsi que le temple principal. Nous tentons de nous frayer un chemin à travers les nombreux groupes de touristes chinois, à grands coups de « Sorry » auxquels ils ne prêtent pas attention, il faut donc jouer des coudes et des épaules, ce qui n’a pas l’air de les déranger.

Nous allons ensuite au restaurant du temple, mais rebroussons chemin devant les prix abusifs : $7 pour un riz frit aux légumes, c’est plus de 4 fois le prix que facture notre restaurant préféré de Siem Reap. Nous prenons la moto pour chercher à manger sur le trajet en direction de Ta Prohm. Sur le bord de la route, un petit restaurant beaucoup plus local. Nous y mangerons du porc caramélisé au cacahuètes et du riz pour seulement $2,50. Rébecca n’est pas conquise, mais je suis ravi : une nouvelle découverte culinaire. Le chien mangera les restes de viande de Rébecca, tant mieux pour ce maigre canidé !

Nous repartons en direction du Ta Prohm et nous arrêtons pour la visite d’un temple croisé en chemin : Preah Khan. À cet endroit, beaucoup d’enfants tentent de nous vendre divers bracelets, écharpes et magnets. Nous refusons gentiment, ne voulant pas participer à la triste exploitation de ces jeunes d’à peine 8 ans.

Preah Khan

Nous repartons en direction du temple célèbre pour ses apparitions dans Lara Croft : Tomb raider et maps.me nous embarque encore dans des chemins pas tout à fait touristiques. Nous croisons des Khmers qui nous indiquent comment rejoindre Ta Prohm à travers la jungle. Nous longeons l’enceinte du temple et arrivons, une fois encore, au parking des locaux. Le policier, beaucoup plus aimable, vérifie nos tickets sans faire d’histoires.

Nous découvrons alors le fameux temple, malheureusement bondé de touristes. C’est encore pire qu’à Banteay Srey … Mais le temple en ruines où la jungle reprend ses droits possède un charme fou. Nous parvenons tout de même à trouver un peu de calme sur les bords du temple, prenant quelques photos des arbres poussant sur les murailles. On se sent baroudeur, ce qui en fait notre temple préféré.

Nous sortons du temple par le mauvais côté, le chemin labyrinthique nous ayant fait perdre tout sens de l’orientation. Nous traversons donc à nouveau Ta Prohm par un autre chemin et arrivons, cette fois, du côté où nous sommes garés. Nous reprenons la moto et roulons à travers les hordes de touristes, surpris de nous voir passer. On découvre un peu plus loin le parking touristique et comprenons alors la surprise des personnes que nous avons croisé.

Plus qu’une étape dans notre périple de 9 heures : Angkor Wat. Nous l’atteignons par l’entrée Est, beaucoup moins peuplée. Encore de nombreuses marches à grimper : nous avons les jambes lourdes. Après une petite balade dans ce gigantesque complexe, composé de cinq temples principaux, de bassins intérieurs et de longues colonnades sculptées, nous nous posons dans un coin tranquille pour apprécier la vue.

Il est 15h, nous arrivons au bout de nos ressources. Alors que nous souhaitions rester jusqu’à 18h, pour le coucher du soleil, nous décidons de rentrer à l’auberge.

Nous jouons au cartes avant de partir manger encore une fois dans le même restaurant. On nous offre le thé pour la deuxième fois. En partant, nous apprenons que le lieu sera fermé le lendemain, la famille se rendant au mariage du frère du patriarche. Déçu de ne pouvoir petit déjeuner ici avant notre départ de Siem Reap, je commande leur délicieux café glacé, histoire d’en profiter une dernière fois, même s’il est 18 heures … Cinq minutes plus tard, nous repartons à moto, le café glacé – offert généreusement par la maison – pendant au guidon.

Nous passons la soirée à discuter avec le couple de Français rencontré la veille, échangeant nos impressions sur Angkor ainsi que des informations sur les petits chemins que nous avons emprunté.

Bonus : la vidéo de la traversée et des temples d’Angkor

2 Replies to “Siem Reap – A la recherche des temples (pas tant) perdus d’Angkor”

  1. toujours aussi grandiose…

  2. La vidéo n’a pu s’ouvrir ;;;;pas grave car les photos sont belles .
    Moi les temples ne m’ont pas transporté vers l’au de là….

Laisser un commentaire