Siem Reap – Bateau, villages flottants et vers à soie

Nous nous levons à 5h30 pour prendre le bateau en direction de Siem Reap. Après un passage infructueux à la boulangerie, nous arrivons au « ponton ». Des locaux chargent leurs marchandises sur le toit : des œufs, des packs de bière et des sacs de riz. C’est ensuite à notre tour de charger la moto, la descente des escaliers en métal, rongés par la rouille, se révèle périlleuse. Il faut ensuite la mettre sur le toit du bateau. À quatre paires de bras, nous finissons par y arriver. La fibre de verre craque sous le poids de la moto, je me demande si ils ont l’habitude de ce genre de manœuvre, si la moto va passer au travers du toit ou tomber à l’eau …

Finalement, la voilà arrimée aux barres de toit par les roues avec deux sangles. Cela me semble assez précaire, mais le capitaine me dit que ce n’est pas la première fois qu’ils font ça et qu’ils n’ont jamais eu de problème. Soit !

Nous montons sur le bateau et partons à 7h, pour 7h de navigation. Nous retrouvons avec surprise une française, croisée au cours de cuisine et aux grottes visitées la veille. L’embarcation est pleine à craquer, les locaux se mélangent aux touristes, il y a même une famille avec un bébé d’un an, tout au plus.

Nous naviguons dans un canal d’environ 10 mètres de large, assistant au défilement des habitations et des décharges à ciel ouvert de Battambang. Au milieu des détritus, des cambodgiens se préparent à aller pêcher. Nous en croisons certains en train de nager autour de leurs filets pour en vérifier l’état. Vu la couleur de l’eau et l’état des berges, ça ne donne pas envie !

Un pêcheur vide les poissons du bateau

Une heure passe, et nous voilà dans un canal beaucoup plus étroit.

Attention aux branches qui fouettent le dos sans prévenir…

Plus de poubelles, plus d’habitations en dur, plus de ville. Nous profitons d’un paysage verdoyant, bien plus agréable que le triste spectacle en début de voyage. Nous commençons à voir de premières « maisons flottantes » : des bateaux avec un toit en tôle, dans lesquels les locaux vivent au rythme des saisons. Serait-ce ce que l’on nous a vendu pour des villages flottants ? La réponse nous est donnée dans les heures qui suivent : nous croisons des embarcations étranges, qui ne ressemblent pas à des bateaux, mais bien des maisons sur l’eau ! Avec un drôle de système, les locaux pêchent au filet.

C’est notre partie préférée de la traversée. Après ces constructions atypiques, nous entrons dans les « vrais » villages flottants : de petites maisons en bois reposent sur des bidons, il y en a des dizaines.

Les habitants se déplacent de l’une à l’autre en pirogue à moteur. Les cambodgiens débarquent de notre bateau directement sur ces modestes embarcations, sans sécurité aucune. Lors du débarquement de la famille khmer, nous nous amusons de voir la maman debout sur la pirogue tanguante, son bébé dans les bras.

Pour finir cette belle expérience, nous arrivons sur le Tonlé Sap, le plus grand lac d’Asie du sud-est. Après une heure sur cette vaste étendue d’eau parsemée de buissons jaunes et verts, nous apercevons le port de Siem Reap.

Nous débarquons avec la moto, non sans difficulté. Une fois l’engin sur le quai, l’équipage du bateau me fait signe de démarrer pour monter la quarantaine de marches me séparant de la route. Heureusement, c’était une blague, quatre cambodgiens m’aident à la pousser jusqu’en haut.

Nous prenons la route pour rejoindre l’auberge, à 25 minutes du port. Pistes en terre et petites ruelles, c’est plutôt agréable ! Encore une fois, maps.me se révèle un peu approximatif et nous trouvons avec difficulté notre auberge. Notre hôte nous indique de bonnes adresses en ville, quelques visites et les temples incontournables d’Angkor. Ayant très faim, nous posons nos bagages et partons manger aussitôt. Nous essayons une adresse conseillée par les Françaises de Battambang : Bong Srey Mith Laor. Un peu éloigné du centre ville, l’établissement propose des plats à des tarifs très abordables. Nous y goûtons des dumplings frits, à savoir des bouchées farcies de viande, carotte et épices. C’est tellement bon que nous essayons leurs rouleaux de printemps frits, excellents eux aussi. C’est décidé, nous mangerons ici le plus souvent possible !

Après ce repas très satisfaisant, retour à l’auberge pour une soirée jeux de cartes.

Lendemain matin, direction le centre ville pour faire connaissance avec Siem Reap. Nous déambulons le long du canal puis nous aventurons dans le dédale de petites ruelles.

Ambiance colorée au cœur de Siem Reap

Nous passons devant pub street, la rue des bars avant de manger une glace au gelato lab, un artisan glacier très réputé dans le pays pour sa glace chocolat 70% et poivre de Kampot. Nos papilles satisfaites, nous allons visiter le marché et en profitons pour repérer des pantalons « ouverts » pour Rébecca.

De retour à l’auberge, la moto ne démarre plus. Nous la poussons jusqu’à un garage et faisons changer la bougie avant de partir manger au restaurant de la veille. Après quelques heures de repos – non méritées – nous repartons faire un petit tour en ville à la nuit tombée.

Le lendemain matin, nous sortons de Siem Reap pour visiter une fabrique artisanale de soie : Angkor Artisan. Nous bénéficions d’un guide cambodgien parlant français à la perfection, sans avoir à payer quoi que ce soit. Alors que Rébecca découvre pour la première fois le processus de fabrication d’une écharpe en soie, de la reproduction des vers au tissage des motifs en relief, je m’amuse à comparer les procédés avec ceux des canuts lyonnais. Leurs méthodes sont encore plus artisanales. Les métiers Jacquard ont été modifiés de façon rustique et la navette se passe à la main !

Tissage en cours …
Sourire Cambogien

Nous ressortons de cette visite le sourire aux lèvres, notre guide a partagé beaucoup plus avec nous qu’une simple explication de la fabrique. Nous avons pu discuter de son ancienne vie de tailleur de pierre, de son envie d’être guide à Angkor, et même des chinois « colonisateurs ».

Retour dans notre restaurant favori pour de nouvelles expériences culinaires : aubergines sautées dans une sauce inconnue mais exquise, ananas et poulet au wok … Fatigués de notre repas gargantuesque, nous nous reposons à l’auberge avant d’aller acheter les tickets pour notre visite du lendemain à Angkor. En le prenant à 17h, nous avons le droit d’y aller le soir même pour profiter du coucher de soleil. Quelques photos, puis retour dans la nuit – et les embouteillages – à l’auberge.

Un coucher de soleil pas comme les autres

Nous passons plus de 3 heures à discuter avec un couple de Français qui voyage avec une moto identique à la nôtre avant de nous coucher tôt. Demain, réveil aux aurores pour admirer le soleil se lever sur Angkor Wat.

5 Replies to “Siem Reap – Bateau, villages flottants et vers à soie”

  1. Superbe aventure!!je vais vous suivre avec envie car fan de l’Asie.
    Je suis Michelle,amie de Gérard et Lulu.
    Mon fils Olivier vit à saigon depuis 6ans.
    Je lui ai parlé de vous.
    Je vous donne son mail pour le contacter.
    Olivierpolmanss@yahoo.fr.
    Sa compagne Tomoko gère le zuzu concept store district2.
    Profitez bien de cette belle aventure!!!

    1. Merci pour le contact. Nous ne savons toujours pas si nous passons par Saigon, si c’est le cas nous ne manquerons pas de le contacter!

  2. voyage et reportages magnifiques chapeau les jeunes…bisous

    1. Merci papi, on se régale. Bisous!

  3. Emouvant de voir les maisons flottantes ;
    Beau ciel de parapluies Du jamais vu pour moi !!!!!!
    Vous avancez super bien ;;; bravo

Laisser un commentaire