Kep – Moto, Grottes et marché aux crabes

Départ à 9h de l’auberge après avoir sanglé les sacs, pourvu qu’ils tiennent !

Direction : Kep !

Nous commençons par chercher de l’essence, que nous trouvons à un croisement de rue. Facile à repérer : de nombreuses bouteilles remplies d’un liquide jaune. Une femme âgée nous fait le plein et nous donne une bouteille de secours pour $5. Nous voilà donc partis pour Kep, à environ 4/5 heures de route. Nous ne savons pas bien à quoi nous attendre : à quoi ressemble « l’highway 3 » ? Est-ce une autoroute comme nous connaissons ? Ou bien des chemins en terre comme à Madagascar ? Nous verrons bien !

Nous quittons petit à petit Phnom Penh et sa dense circulation, je ne cale pas, c’est déjà ça ! La route est en assez bon état, quelques nids de poules ici et là mais, dans l’ensemble, c’est tout à fait carrossable. Le paysage n’est pas encore très beau, le bord des routes est pris d’assaut par des vendeurs de boissons, street food et essence.

Quelques kilomètres plus loin, la vue se transforme, nous voyons des rizières, de la verdure à perte de vue.

Quelques maisons sont dispersées autour de cette route. Il y a de tout : de la simple cahute sans mur équipée d’un hamac à la grande maison coloniale. En même temps que le paysage, la façon de conduire change : tous les deux roues roulent sur le bas côté pour laisser les voitures passer, beaucoup plus nombreuses qu’à Phnom Penh. Si le scooter fait la loi dans la capitale, c’est totalement différent sur les routes qui traversent le pays. Les voitures n’hésitent pas à doubler malgré les vehicules en face. Nous comprenons vite qu’il faudra faire très attention et toujours avoir un moyen de s’écarter. Parfois, 3 camions se croisent en même temps, ne laissant qu’une petite bande de quelques centimètres pour se protéger. C’est spécial !

Toutes les heures, nous nous arrêtons sur le bas côté pour nous reposer un peu.

Jusque-là, tout va bien

À l’une d’elle, deux cambodgiennes nous accueillent de façon sympathique en nous sortant des chaises en plastique. Elles essaient de nous vendre une petite bouteille d’eau pour 10 000 riels soit $2,5 mais nous refusons poliment.

Après 4h de route, nous entrons dans Kep, une station balnéaire comme on en voit beaucoup sur les lieux touristiques. Les panneaux de guest houses, hôtels et auberges de jeunesses défilent le long de la route. Nous trouvons la nôtre, Visal Sak, au bout d’une bonne dizaine de minutes et découvrons avec surprise un endroit plein de charme avec vue sur la mer.

La chambre est grande, avec salle de bain privative et deux ventilateurs. Pour $6 la nuit, c’est vraiment génial !

En haut, un petit restaurant terrasse où nous mangerons plus tard dans la soirée.

Nous repartons directement pour manger près du marché aux crabes. Nous choisissons un peu au hasard un établissement, le Kimli. Nous prenons une grande assiette de riz sauté au crabe. Rébecca, qui redoutait un peu cet aliment, est surprise en se régalant.

Après ce très bon repas, Rébecca s’essaie à la conduite. Premier exercice : démarrer. Elle s’en sort vraiment bien ! Fatigués de la route, nous rentrons nous reposer sur la terrasse de notre auberge. On se sent quand même mieux qu’à Phnom-Penh : moins de monde, de jolis paysages et surtout, du calme.

Nous nous couchons et écoutons le silence pour la première fois depuis notre arrivée en Asie.

Lendemain matin, nous retournons au marché aux crabes et nous baladons entre les étals. Évidemment, les locaux ne vendent pas que du crabe, on y voit des crevettes marinées, tous types de poissons séchés et de la sauce nuoc man fabriquée sur place.

En s’avançant près du bord, nous voyons les femmes des pêcheurs négocier les crabes avec d’autres locaux. Plus loin, nous assistons au débarquement de la pêche depuis les longs bateaux typiques. Certains utilisent des casiers en bois traditionnels, d’autres des filets.

Nous flânons quelques minutes de plus entre les dizaines de stands, sentant l’odeur des épices et du poivre local avant d’aller une nouvelle fois pratiquer l’art du deux roues. Rébecca a pris le coup, elle ne cale que quelques fois et commence à passer les vitesses. Elle nous conduit ensuite à l’auberge, je la sens plus rassurée qu’hier.

Départ pour les grottes de Kampong Trach, nous ne savons pas exactement où nous allons mais nous en cherchons une en particulier : celle où l’on peut nager. Cette fois, nous empruntons des chemins de terre où nous croisons de nombreux enfants à vélo, se rendant probablement à l’école, si l’on se fie à leurs tenues uniformes.

Les plaisirs de la moto…

Arrivés près du point GPS, nous cherchons un peu, nous tombons sur une petite grotte, sans eau ni temple à l’intérieur. Nous faisons demi tour et finissons par trouver le bon endroit. En bas, la « swimming cave », en haut une grotte servant de temple.

Rébecca admire la swimming cave

Il faut grimper de petits escaliers irréguliers, gravés dans la roche. C’est sûrement les pires escaliers que l’on ait emprunté ! Arrivés en haut, nous apprécions la récompense : une entrée dans une grotte débouchant sur une vue imprenable, puis sur une autre grotte, où un temple est installé.

Le réseau comporte trois grottes « cathédrales » reliées. Deux d’entre elles laissent percer la lumière du jour. La dernière, fermée, est peuplée de chauves souris faisant la sieste qui couinent et s’envolent en réaction à nos lampes.

Moment de détente dans un décor de rêve

Nous ressortons et profitons de ce moment de tranquilité. Nous immortalisons l’instant avant de rencontrer un couple de canadiens retraités vivant sur Kampot. Accompagnés de leur fille et de leur chauffeur de Tuktuk atitré, ils viennent profiter d’une vue qu’ils connaissent bien… Nous discuterons avec eux pendant plus d’une heure, ils nous donneront de bons conseils et nous ferons hésiter sur nos choix de parcours. Après cette belle rencontre francophone, nous repartons encore une fois au marché de Kep, pour goûter le plat qu’il ne faut pas manquer : le crabe de Kep au poivre de Kampot. Quel délice !

Le célèbre crabe de Kep au poivre de Kampot

La sauce au poivre est pleine de parfum, c’est vraiment unique. Nous profitons du coucher de soleil avant de repartir pour l’auberge.

Détente en terrasse avant le coucher de soleil

Petit bonus :

13 Replies to “Kep – Moto, Grottes et marché aux crabes”

  1. magnifique… prudence pour la circulation

    1. On a de la chance… Nous faisons attention sur la route, pas de folie.

  2. merci pour toutes ces belles photos. nous pensons bien a vous. nous sommes heureux de vous voir faire un si beau voyage et de pouvoir vous suivre tous les jours.

    1. Merci pour votre commentaire. Content que ça vous plaise, un prochain article très bientôt !

  3. Roule ma poule comme disent les jeunes !! Bravo Rebecca tu es trop forte de conduire cette moto car avec tout ce poids cela ne doit pas être évident . Vous ne vous couvrez pas les bras !!!! danger en cas de chute !!!!
    Bon je vais cesser de regarder les bons plats car j’ai pris 4kg !!!! hummmmmm ;;;;;
    Vous faites vraiment des visites insolites .Quelle est votre « agence » !!!!
    Bises

    1. Notre agence s’appelle « Rébecca Travel Tours », aidée d’un routard et de quelques blogs elle organise la majorité des choses 🙂

  4. Hello The french Globe Trotters !
    Vous me faites rêver tous les jours avec votre road trip au Vietnam mais je ressens avec vous toutes ces émotions, je donnerais cher pour être sur la moto mais au guidon par contre! 😉
    Continuez pour nous ce voyage oculaire, olfactif et gustatif! Enjoy..
    Big bises à tous les deux.
    F.

    1. Merci Fred pour ton message ! On va tâcher de vous partager au mieux nos impressions. A bientôt !

  5. votre voyage au Cambodge pardon!

  6. j’ai lâché un like sur youtube

  7. Viagra 25 Forum Keppra No Prescription Needed cialis 5 mg best price usa Levitra 10 Mg Price

  8. Kamagra 5mg Oral Jelly Kamagra Cialis Cialis 20 Prise viagra online Viagra Generico 24h Comprar Cialis En Miami Vente Baclofen En Canada

  9. Synthriod Without A Script levitra brand Propecia Pa Natet Kamagra Up Zentel Visa Accepted By Money Order Without Perscription

Laisser un commentaire